Au tour de Londres d’installer un distributeur

By news

C’est à présent à la capitale Britannique de se mettre au bitcoin en installant un distributeur automatique sur un campus universitaire. Cette machine a été installée à l’initiative de Mountain View qui affirmait pourtant il y a encore quelques mois dans plusieurs communiqués, ne pas s’intéresser à cette monnaie virtuelle.

Google change d’avis et se met finalement au bitcoin

L’intérêt porté par d’autres pays et entreprises pousserait-il le géant Google à finalement entrer dans la cour du bitcoin ? Tout comme l’expérience menée par l’université Massachussetts Institute Technology (MIT) à Boston, celle-ci se fait sur un campus. Une possibilité pour les étudiants de payer leurs dépenses en monnaie virtuelle. Le cœur de cible serait donc encore une fois la population étudiante.

Les universités, premières cibles pour les essais

Il semblerait beaucoup d’entreprises comptent sur la facilité et l’esprit de compétition et de réussite des étudiants pour développer de nouvelles compétences et possibilités d’utilisation de cette crypto monnaie. Elles n’ont aucun projet en cour d’élaboration, mais il existe toujours des petits génies à qui l’on ne demande rien et qui pourtant décident de travailler avec assiduité et acharnement dans des domaines qui révolutionnent parfois les nouvelles technologies.

Il ne reste plus qu’à ces entreprises de racheter ces projets à ces étudiants…

La situation des distributeurs dans le monde 

Selon la carte de Coindesk, il est intéressant de constater que l’Europe est très impliquée dans le bitcoin et que l’on recense la présence de nombreux distributeurs sur son territoire. Les Etats-Unis sont également très engagés et l’Asie un peu moins physiquement, mais le reste cependant virtuellement.

Même les plus réticents finissent finalement par se mettre au bitcoin. Il serait effectivement dommage de rater une opportunité et de ne pas réussir à rattraper son retard par manque de conviction. Même si le bitcoin ne convainc pas encore tout le monde, dans le doute… Tout le monde s’y intéresse.


Laisser un commentaire