Des français arrêté dans une affaire de bitcoins

By news

C’est à Cannes que deux personnes ont été arrêtées, les deux et trois juillet, par la gendarmerie de Toulouse pour plusieurs motifs notamment ceux d’offre illégal de jeux en ligne et exercice illégal de la profession de banquier. Ces derniers possédaient un site illégal d’échange de bitcoins.

Les suspects sont au nombre de deux, un homme d’origine tunisienne âgé  de 27 ayant déjà été inculpé pour de multiples escroquerie et son complice de 9 ans son aîné qui semble être le fournisseur de bitcoins. Le montant des biens saisis est estimé à 180000 euros pour les 388 bitcoins retrouvés sur l’ordinateur des deux protagonistes mais aussi de près de 9000 euros en numéraires ainsi que de nombreuses cartes de crédit et du matériel informatique dont la police n’a pas encore précisément déterminé la valeur.

Le projet des deux malfaiteurs était de mettre en place un casino en ligne basé sur l’utilisation des bitcoins et autres monnaies cryptées, chose encore illégal à l’heure aujourd’hui. Le site des deux hommes nommé  www.bestxchanger.com a été lancé durant Juillet 2013 et hébergé à l’étranger. Il a rencontré un petit succès dans les milieux du darknet, les gestionnaires du site ont par ailleurs été salué par un grand nombre d’internautes et d’utilisateurs pour sa rapidité et la discrétion garantie par ce site permettant de se procurer des bitcoins en l’échange de bons ukash ou paysafecard, des bons qui accessible et disponible dans des bars, tabacs ou autres magasins de grande distribution. Selon les enquêteurs plus de 2500 bitcoins ont circulé sur les site va les transactions des internautes en un peu moins d’un an ce qui représente un peu plus d’un million d’euros et le tout pour 2750 transactions au total, le procureur a avoué avoir des difficultés pour remonter à l’origine de ses fonds de par la discrétion dont les gestionnaires ont fait preuve sur les transactions.

Il s’agit de la première saisie de bitcoins en france, les deux suspects reconnaissent la matérialité des faits mais refusent de croire à une infraction, une affaire qui devrait remettre en lumière le statut du bitcoin en France.


Laisser un commentaire