Toujours des restrictions pour Bitcoin en Amérique Latine.

By news

Les péripéties de Bitcoin en Equateur. Nous nous souvenons que le 23 Juillet , le gouvernement d’équateur, par un Code Monétaire et Financier, entre autres mesures, a interdit Bitcoin. Avant cela, un groupe de jeunes utilisateurs de Bitcoins ,connus sous le nom de BitcoinEcuador, sur les réseaux sociaux a décidé, pour chercher de nouvelles occasions d’affaires avec Bitcoin, d’acheter un distributeur automatique. Ils ont ainsi organisé un service de change où les clients pourront échanger leurs Bitcoins pour des USD. Une fois qu’il est devenu clair que l’application du Code Monétaire était seulement une question de temps, le groupe d’entrepreneurs s’est préoccupé de la menace que cette loi faisait peser sur leur activité. Dès le 03 Juillet, ils ont demandé directement aux autorités équatoriennes comment les choses allaient se passer. Le gouvernement a répondu des semaines plus tard, confirmant l’interdiction de l’utilisation des monnaies virtuelles et intimant l’ordre de cesser leur activité en Équateur, l’activité pouvant seulement continuer en dehors de l’équateur.

L’Argentine renforce les contrôles sur Bitcoin. La Santander bank et la Galicia Bank, dans leurs filiales argentines, ont fermé deux comptes bancaires appartenant à Unisend une entreprise d’échanges de Bitcoins du pays. Unisend a récemment déclaré qu’ils n’avaient pas été informés des raisons des fermetures de comptes, ( les banques n’ont d’ailleurs aucune obligation dans ce sens.)et qu’ils vont désormais cesser d’accepter quelque dépôt ou transfert que ce soit venant de de comptes appartenant à ces banques. Unisend dit encore :” nous croyons que cette mesure est discriminatoire et arbitraire, puisque nous avons respecté toutes les exigences et règlements………cependant les dépôts et les retraits en cryptomonnaies ne sont perturbés en aucune façon.” Malgré tout, la liberté et l’anonymat des transactions sont fortement compromis par l’obligation qu’ont toutes les institutions financières  de signaler chaque opération concernant les monnaies virtuelles, ” dans le but d’empêcher des opérations de blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme.”


Laisser un commentaire